La plupart des entrepreneurs décident un beau matin de devenir indépendants pour accéder à un niveau de vie plus adapté à leurs aspirations : trop de temps dans les transports, manque de flexibilité, lassitude au travail, désaccord avec la hiérarchie en place, nécessité de se lancer un nouveau challenge. Les raisons ne manquent pas. Mais sont-ils heureux quelques années plus tard ?

Pourquoi les entrepreneurs souhaitent-ils le rester ?

Une étude récente menée par American Express et Ipsos révèle que 27% des entrepreneurs sont réellement enthousiasmés de leur situation, 27% déclarent se sentir plus libre et 22% sont fiers de l’impact de leur entreprise sur l’économie locale ou nationale. On note ainsi que près de 3 dirigeants sur 4 choisiraient à nouveau de diriger une entreprise si c’était à refaire.

Qu’est ce qui manque le plus aux entrepreneurs ?

Du temps ! C’est la principale ressource qui manque aujourd’hui aux entrepreneurs de TPE/PME. Ils estiment qu’ils auraient besoin de 3h18 supplémentaires par journées pour accomplir l’ensemble de leurs missions quotidiennes. Le recrutement deviendrait donc un levier stratégique de croissance pour les petites structures. Il est de ce fait impératif de savoir déléguer et de s’entourer de collaborateurs de confiance.

Quelles sont les principales difficultés des entrepreneurs ?

Entre stress et enthousiasme. Les entrepreneurs actuels sont partagés entre un sentiment de stress dû à leur implication dans leur business et aux nombreuses tâches qu’ils doivent effectuer continuellement. Ils sont pour la plupart seuls et doivent donc développer leur concept de A à Z en tenant compte de tous les risques que cela comporte. L’enthousiasme naît de la passion qu’ils ont bien souvent pour leur métier et pour l’impact qu’ils ont sur leur zone d’activité.

Quelles sont les attentes de ces patrons de TPE/PME ?

Être accompagnés sur des tâches complexes : Les formalités administratives sont le domaine dans lesquels ils souhaiteraient le plus pouvoir être aidés (32%).

Pouvoir se concentrer sur leur cœur de métier : La prospection commerciale de nouveaux clients ou nouveaux marchés est bien entendue capitale (25%), suivi des conseils juridiques (19%) et du recrutement et de la formation de leurs salariés (15%) ou du développement de leur réseau (11%).

Être accompagnés sur la gestion financière : La gestion de la trésorerie (11%) la recherche de financements (8%) et la gestion des frais professionnels (6%) sont également des priorités.

Les entrepreneurs en franchise sont ils plus heureux que les autres ?

C’est une très bonne question et nous n’avons malheureusement pas la réponse.Ce que nous savons c’est que les franchisés font partie d’un réseau et qu’ils sont donc supportés dans le développement de leur activité : formations, concept et business model éprouvé. Ils peuvent s’appuyer sur des ressources mises à leur disposition dans le but de faciliter le développement de leur structure et d’atteindre leurs objectifs.

Pour lire l’intégralité de l’étude c’est ici

 Découvrir la franchise